Spécialisée dans les presse-agrumes pour les professionnels, l’entreprise Sempa envisage d’ouvrir un premier magasin à Grenoble dans lequel elle proposerait ses différentes machines à jus, en libre-service. Elle travaille également sur la création d’un presse légumes et d’un mur à jus.

«Je préfère dire que nous sommes un acteur majeur du marché, plutôt que le leader, c’est moins prétentieux et c’est plus juste ! », lâche Pascal Faucher, président de Sempa, spécialisée dans les machines à jus automatiques pour presser les oranges, pamplemousses… Créée il y a bientôt 28 ans, l’entreprise enregistre une croissance exponentielle depuis deux ans : son chiffre d’affaires a bondi de 71 % en 2015 et devrait augmenter de 78 % en 2016 pour atteindre les dix millions d’euros, avec 35 salariés. « Les consommateurs ont pris conscience de l’importance de manger sainement. L’orange véhicule une image de dynamisme. » Sempa détient plus de 35 000 comptes clients dont 98 % de professionnels. Parmi eux, les magasins Carrefour Bio, des supermarchés, des magasins de fruits et légumes, des bars, brasseries… Ses machines, fabriquées en Europe, sont disponibles en libre-service dans la grande distribution. Il suffit d’appuyer sur le bouton pour obtenir un jus d’agrumes , avant de payer la bouteille en caisse.

Sempa souhaite ouvrir des magasins à jus en France, dont le premier serait à Grenoble. « L’idée est de proposer toutes nos machines en libre-service pour que les clients réalisent eux-mêmes leurs jus. » Elle travaille aussi sur la création de murs à jus rassemblant ses trois machines emblématiques, presse orange, pamplemousse et grenade, sa petite dernière. Un autre produit est en projet, la machine à soupes permettant d’avoir en quelques secondes une soupe fraîche, sur le même principe. Il suffira d’insérer dans la machine une sorte de cartouche contenant tous les légumes. « L’acte de faire soi-même est très important, il amène de l’authenticité », affirme le dirigeant.

Des machines inspirées des Etats-Unis
Marque haut de gamme, Sempa propose des machines allant de 4 000 à 5 000 euros en moyenne, avec des prix pouvant grimper jusqu’à 12 000 euros. « Nous sommes très peu sur ce marché à proposer des produits alliant design et technologie. » Ses presse-agrumes contiennent de nombreuses innovations, notamment un couteau dynamique breveté pour trancher le fruit. L’orange est coupée avant d’être pressée, ce qui donne un jus pur et sans traces d’écorce. Sempa a également mis au point des machines compactes de la taille d’une feuille A4.

C’est aux États-Unis que Pascal Faucher, ancien de chez Kis à Grenoble (les cabines photos en libre-service), a découvert ce type d’appareils. « Mais ils n’étaient pas fonctionnels. Je leur ai apporté de l’efficacité et de la simplicité. » Et un côté ludique grâce à la transparence qui permet de voir le pressage du fruit.

Sempa, peu présente à l’export, souhaite se développer au Benelux, puis sur les marchés espagnol et portugais où se trouvent ses autres concurrents. Elle a quitté fin avril 2016 Moirans pour Grenoble, mais ses locaux sont déjà trop petits. Cette année, elle va embaucher entre 10 et 15 personnes. Elle devrait emménager dans un bâtiment plus grand en 2018.


Sempa en bref
ACTIVITÉ : conception et fabrication de machines à jus automatiques
CRÉATION : 1989
IMPLANTATIONS : Grenoble (siège social), Bordeaux (agence)
CHIFFRE D’AFFAIRES : 10 M€ prévus pour 2016
EFFECTIFS : 35 salariés
RÉSULTAT NET : NC
RÉPARTITION DU CAPITAL : 100 % à Pascal Faucher

Par Caroline CHALOIN | Publié le 01/02/2017 à 06:10 Vu 3080 fois

Ce communiqué de presse Sempa veut ouvrir des magasins à jus de la revue Le Dauphiné Libéré met en valeur notre volonté de créer de nouveaux concepts. Ces innovations en exclusivité mondiale nous permettent aujourd’hui de vous proposer des jus sans aucune trace d'amertume. Un véritable allié santé et beauté !